Groupe “Espaces de Vie Hybrides”




Le groupe « Espaces de Vie Hybrides » fédère les acteurs proposant des méthodes, outils ou produits innovants pour la conception, la réalisation ou l’usage d’espaces de travail ou de vie à l’ère numérique.

L’initiative “Espaces de Vie Hybrides” comprend ce groupe ainsi qu’une plateforme de maquettage et d’expérimentation en cours de définition et réalisation à l’ENSIIE d’EVRY, école d’ingénieurs associée à l’Institut Mines-Télécom. Cette plateforme constituera l’un des moyens de l’Institut de la Vie Numérique de Cap Digital.

L’initiative EVH a été fondée et est pilotée par deux membres de Cap Digital :

- Alain Moulet, président-fondateur d’Aménagements Vivants, précédemment responsable Innovation, Compétitivité et Numérique à la DATAR;

- Alain Renk, architecte urbaniste, directeur-fondateur d’UFO, start-up axée sur l’urbanisme digital décisionnel et le développement de plateformes numériques collaboratives.


Les événements


Prochaine réunion : le 11 Décembre, à Cap Digital, à 17h

Inscription par mail auprès de alain.moulet[at]amenagementsvivants.fr et francois.hanat[at]capdigital.com


Précédents événements…

Le 25 Septembre 2012 à Cap Digital

Accueil de nouveaux membres et présentation de 5 projets en recherche de partenaires.

5 nouveaux membres ont rejoint le groupe EVH : Dassault Systèmes, les PME Fabernovel et youARhere, la Coopérative FOUNDEO, et la Coopérative d’Activités et d’Emploi Port Parallèle.

Le 20 Juin 2012 à l’ENSIIE, Evry

Lancement de la création du Centre d’Evry de l’Institut de la Vie Numérique de Cap Digital, avec deux thématiques : Espaces de Vie Hybrides et Jeux Vidéo.

- Le 10 Mai 2012 à Cap Digital

Réussite de la première réunion de présentation de l’initiative Espaces de Vie Hybrides.


Les membres et leurs offres


> Consultez les descriptions et les offres de ces membres adressant les Espaces de Vie Hybrides.


Les projets et recherches de partenaires


> Consultez les projets et recherches de partenaires des membres.



Découvrir le sujet “Espaces de Vie Hybrides”


1. Contexte et enjeux

2. Organismes cibles

3. Périmètre

4. Une plateforme EVH à Evry (ENSIIE)

5. Illustration des EVH

6. Renseignements et contacts




Contexte et enjeux


Les espaces de vie et de travail (bureaux, écoles, logements, immeubles, campus, villes…) n’ont que peu évolué en un siècle. Les humains et les innovations doivent souvent s’adapter à des environnements qui ne correspondent plus aux besoins (actuels et encore moins futurs), ne sont pas des supports adaptés aux solutions nouvelles (notamment numériques), et ne permettent donc pas de progresser. Le potentiel d’innovation et de développement économique et social est étouffé. Un défi majeur du XXI° siècle est donc de créer des espaces de travail et de vie mieux adaptés aux humains et à la technologie de notre 21ème siècle.

Seule une approche systémique et collaborative permettra de valoriser les méthodes, outils ou produits innovants pour la conception, la réalisation ou l’usage d’espaces de travail ou de vie à l’ère numérique.


Organismes cibles


Ce groupe est destinée aux entreprises, établissements de formation et de recherche, et autres acteurs répondant aux profils suivants :

- entreprise ayant des innovations d’équipements ou de service qui peuvent améliorer les espaces de travail et de vie;

- entreprise ayant des innovations d’équipements ou de service qu’elles ont des difficultés à valoriser car les espaces de travail et de vie ne sont pas adaptés;

- entreprise ayant besoin d’intégrer son offre innovante à celle d’autres prestataires pour offrir un service commercialisable et qui touche les espaces de travail et de vie;

- établissements de formation, laboratoire de recherche, client ou autre type d’acteur travaillant sur ces sujets.


Périmètre


Compétences concernées : toute offre ou compétence innovante permettant de mieux répondre aux besoins humains et d’exploiter le potentiel des nouvelles connaissances, touchant aux dimensions suivantes et à leurs hybridations :

humaine : au niveau individuel et social ; usages, besoins, identité, imaginaire, rêves ; etc.

numérique : équipements et logiciels pour la conception, la réalisation et l’usage des lieux ; “augmentation” de l’espace ; etc

naturelle : environnement visuel, sonore, thermique, tactile… ; air, eau…; présence de végétaux, minéraux…; gestion de l’énergie ; etc

physique : constructions, architecture, aménagement intérieur, BTP, etc

. et en transversal : évolutivité, relations, ressentis, art…


Espaces d’applications : logements, bureaux, entreprises, écoles, maisons de santé, centres de travail à distance, centres culturels ou de loisir campus universitaires, parcs d’activités, quartiers, villages, territoires


Une plateforme Espaces de Vie Hybrides à Evry


L’ENSIIE, école d’ingénieur associée à l’Institut Mines-Télécom, souhaite appliquer ces méthodes, outils et produits innovants pour la rénovation de 2500m² dans ses locaux.

L’ENSIIE va aussi créer une plateforme d’expérimentation / living lab EVH intégrée àl’Institut de la Vie Numérique de Cap Digital.

Il s’agit d’une opportunité tangible pour démontrer les compétences de ce groupe en cours de constitution formelle et porté par Cap Digital.

Les membres du réseau « Espaces de Vie Hybrides » pourront y proposer, appliquer et expérimenter des méthodes, outils ou produits pour des sujets tels que l’éducation, le vieillissement, le travail à distance, le bien-être…


Davantage d’information sur ce projet dans la présentation faite à la réunion du 25 Septembre 2012 et disponible ici, ainsi que sur le site d’ Aménagements Vivants.

 


Illustrations des EVH


De nombreux équipements numériques ne peuvent être vendus et diffusés si les espaces de vie et de vie ne permettent pas de les intégrer. Par exemple, les équipements de télétravail ont besoin de centres de travail à distance attractifs pour les utilisateurs ; les objets communicants peuvent servir à l’accueil, la sécurité, la vie sociale… dans les écoles, entreprises, etc… si les locaux et la conception de ces services l’ont pris en compte dès le début ; les bulles numériques pourraient être utilisées dans les établissements de formation, si les locaux le permettent…

La salle de classe n’a pas changé depuis plus d’un siècle. On constate que pour mettre en œuvre des pédagogies collaborative et utiliser des outils numériques nouveaux, il faut revoir la salle physique elle-même. (Cf exemples fournis lors de la Journée Éducation Microsoft du 5 avril 2012.)

L’architecture et l’urbanisme collaboratif nécessitent d’associer deux compétences : celle des architectes-urbanistes et celle du numérique. On constate que cela est encore rare alors que c’est possible (cf travaux d’Alain Renk.) Un potentiel d’innovation et de diffusion d’outils numériques reste donc à concrétiser.

Les « habita(n)ts connectés » sont possibles et apportent de nombreux bénéfices. Il reste à généraliser cette démarche (cf ateliers FING) Pour aller plus loin, on parle depuis plusieurs années de « territoire augmenté » mais on ne produit même pas de « bâtiment augmenté », avec des dimensions physiques et numériques complémentaires dès conception.

Aujourd’hui, lors de la construction d’un établissement d’enseignement supérieur et de recherche, un chercheur est traduit en besoin de X m2. Comme il y a un siècle. La vie du chercheur n’a-t-elle pas évolué depuis ? De nos jours, ce besoin ne devrait-il pas être d’abord celui d’un environnement numérique permettant au chercheur de travailler où qu’il soit dans le monde, complété de lieux dans l’établissement où il puisse travailler avec d’autres personnes, pour profiter de l’environnement riche en chercheurs, étudiants, entreprises…( plutôt que d’avoir un petit bureau où il peut à peine recevoir un collègue ou un étudiant…) ?

Les logements pour les jeunes, les familles nombreuses et les personnes âgées sont quasiment sur le même modèle. Pourtant, ils ont besoins de services différents. Et l’on peine à intégrer des équipements et services numériques dans les logements actuels. Revoir comment répondre aux besoins par un mix de moyens humains, numériques et physique (locaux) semble relever du bon sens. C’est aussi une nécessité économique et sociale, les besoins étant de plus en plus coûteux à satisfaire avec les modalités actuelles.

Le travail de la 27° Région sur la conception d’un lycée ou celle d’une maison de santé, met bien en évidence la nécessité pour répondre aux besoins, et l’intérêt économique en terme de coûts, d’une approche qui soit à la foisservices, systèmes et participative/collaborative.

Comment vendre des services et équipements pour une « smart city » dans un contexte inadapté ? Il faudrait pouvoir vendre un ensemble de services cohérents à une ville dans son ensemble, qui revoit dans la mesure du possible ses modes de fonctionnement, alors qu’il faut trop souvent vendre divers services/équipements, chacun pour une fonction isolée à un client isolé. Le « smart » diminue donc rapidement de performance…


Renseignements et contacts


Aménagements Vivants - alain.moulet[at]amenagementsvivants.fr – Responsable adhérent du groupe

Cap Digital – francois.hanat[at]capdigital.com